Texte sexe sexe brune

texte sexe sexe brune

Bonjour à toutes et à tous. C'est la première fois que je me présente sur ce site en qualité d'auteur et pourtant, cela fait plusieurs mois que je viens lire les histoires.

Depuis quelques temps, je suis séparé et je désire ardemment écrire ce qui m'est arrivé l'année dernière en avril. J'exerce une profession qui me permet de voir de nombreuses personnes dans mon bureau et de passer beaucoup de temps avec elle. Le premier avril , j'ai reçu dans mon bureau une femme brune, magnifique, avec une poitrine qui ne me laissait pas indifférent. A cette époque, j'étais en pleine séparation et je me disais: Nous avons beaucoup discuté et nous avons sympathisé, puis échangé nos mails Malheureusement pour moi, elle partait deux jours après chez ses parents à l'étranger et nous ne pouvions que correspondre par email.

Elle prenait le soleil pendant dix sept jours à l'étranger durant lesquels nous avions tout le loisir d'échanger des mails et de parler de nous, de ce que nous avions et nous et désirions Petit à petit, nos échanges ont dérivé vers le sexe et j'ai compris que c'était une femme qui aimait le sexe régulièrement et était extrêmement entreprenante; Ce qui n'est pas pour me déplaire Arriva le jour de son retour.

Ce jeudi, elle me demanda de passer chez elle Je sonne à sa porte et une déesse brune vient m'ouvrir avec un large sourire. Nous nous regardons quelques instants et comprenons tout de suite ce que désire l'autre. Sans dire un mot, je plonge ma bouche sur la sienne et nos langues se mêlent dans deux gémissements partagés. Ses mains caressent mon dos, les miennes ses reins et ses fesses. Tout en s'embrassant et en se frottant l'un contre l'autre, nous nous dirigions doucement vers son canapé.

Je sentais sa poitrine contre mon torse et elle frottait ses hanches sur mon sexe. Je commençais à avoir une érection qui s'intensifiait avec le désir Nous nous jetâmes sur le canapé. Elle ôta directement son chemisier tandis que je lui retirais sa jupe et je pus constater qu'elle portait un ensemble en dentelle bleu sur un corps parfait Tout en gémissant et me léchant les lèvres, elle déchira presque ma chemise ainsi que mon pantalon Nous nous sommes allongés sur son canapé et nous nous embrassions fougueusement.

Mes mains parcouraient son corps, caressaient sa poitrine à travers son soutien gorge. Je sentais son désir monter, sa respiration s'accélérer et je dégrafais ce dernier. Je libérai deux seins magnifiques qui ne demandaient qu'à être léchés. Je la caressais pour faire durcir ces tétons puis je les pris en bouche pour les lécher et les sucer avidement. Elle gémissait de plus en plus et ne voulais pas rester inactive.

Elle passa sa main le long de mon torse pour la glisser dans mon boxer. Mon érection était forte et elle commença à me caresser le sexe doucement, avec un léger mouvement circulaire qui me faisait craquer. Elle me dit qu'elle voulait prendre les devants, et s'occuper de moi. Elle me demanda de m'allonger sur le dos et se colla contre moi sans lâcher mon sexe. Elle m'embrassait et me masturbait en même temps tout doucement.

Elle descendit, ôta mon boxer, et commença à lécher mon gland tout doucement, puis l'avala entièrement dans un bruit de succion excitant. Elle commença un va-et-vient avec sa bouche tout en me regardant droit dans les yeux. Je saisis sa tête pour lui donner le rythme. Elle jouait avec moi; accélérait pour me faire gémir et ralentissait pour me faire patienter Au bout de dix minutes je n'en pouvais plus et je sentais l'orgasme qui montait.

Je lui dis et elle se mis à gémir de plus en plus fort, accélérer le rythme afin de me faire jouir dans sa bouche. Après quelques instants de cette monumentale fellation, je lâchais plusieurs jets de spermes dans sa bouche qu'elle avalait tout en me regardant dans les yeux.

Dans la zone rouge. Nous étions une bande de potes, tous du même âge, autour de 18 ans. Dans cette bande nous étions autant de filles que de garçons.

J'avais lancé mon dévolu sur Laurence, une belle petite brune aux yeux bleus et au sourire magnifique. Ses Lèvres fines étaient cernées par deux fossettes, ce qui lui donnait un charme fou Mais elle était sauvage et ne se laissait pas approcher comme ça.

Il y avait longtemps que je me masturbais en pensant à elle, nos regards étaient complices mais, elle s'enfuyait dès que la situation semblait équivoque. Je ne me précipitais pas et attendais le moment venu.

Personne ne pouvait imaginer le sentiment et l'envie que j'avais pour elle. Elle si, et elle en jouait. Un jour,je la trouvais, seule assise sur un lit de mousse à même sa jupe à carreaux bleus et blancs, au bord de l'eau, la mine triste, le regard vague qui fixait les petites vaguelettes que pouvait faire la rivière.

Je m'assis à côté d'elle, puis discrètement approchais ma main de la sienne. J'ai senti qu'elle venait d'avoir un petit frisson et de son côté rapprocha sa mimine de la mienne. Nos deux mains finirent par se retrouver, et j'osais caresser ses phalanges fines et longues. Mes doigts remontèrent le long de son bras et je sentis comme une chair de poule.

Je finis par me pencher et embrassais son épaule nue. Elle tourna son visage magnifique vers moi, les yeux bleus me perçant le visage, ce qui me fit tourner la tête. Je tendis mes lèvres et elle vint à ma rencontre lentement. Elle entrouvrit ses lèvres et je lui roulais une pelle délicieuse. Sa langue tournait autour de la mienne et elle gémissait tendrement.

Une de mes mains passa entre deux boutons de son chemisier pour se poser sur un de ses seins, et au contact de son mamelon celui ci durcit sous la caresse. Quel magnifiques seins elle avait ; ronds et fermes. Nous nous allongeâmes sur la mousse humide, nos lèvres soudées pleines de fièvre d'excitation. Lentement, je déboutonnais son chemiser après l'avoir tiré pour le décoincer de la taille de sa jupe.

Avec deux doigts, je passais dans son dos et pinçant la fermeture de son soutien-gorge pour le dégrafer. Les crochets sortir de leurs anneaux et l'armature se relâcha. Ses seins étaient maintenant totalement nus. Mes mains pouvaient les caresser à loisir, ce qui excita Laurence au plus haut point. A chaque fois que mes mains passaient à plat sur ses petits bouts elle haletait. On aurait dit que des ondes électriques parcouraient son corps. Je glissais légèrement et ma bouche remplaça mes mains.

...

Sexe violant sexe en cours

Elle passa sa main le long de mon torse pour la glisser dans mon boxer. Mon érection était forte et elle commença à me caresser le sexe doucement, avec un léger mouvement circulaire qui me faisait craquer. Elle me dit qu'elle voulait prendre les devants, et s'occuper de moi. Elle me demanda de m'allonger sur le dos et se colla contre moi sans lâcher mon sexe.

Elle m'embrassait et me masturbait en même temps tout doucement. Elle descendit, ôta mon boxer, et commença à lécher mon gland tout doucement, puis l'avala entièrement dans un bruit de succion excitant. Elle commença un va-et-vient avec sa bouche tout en me regardant droit dans les yeux. Je saisis sa tête pour lui donner le rythme.

Elle jouait avec moi; accélérait pour me faire gémir et ralentissait pour me faire patienter Au bout de dix minutes je n'en pouvais plus et je sentais l'orgasme qui montait. Je lui dis et elle se mis à gémir de plus en plus fort, accélérer le rythme afin de me faire jouir dans sa bouche. Après quelques instants de cette monumentale fellation, je lâchais plusieurs jets de spermes dans sa bouche qu'elle avalait tout en me regardant dans les yeux.

Tout mon corps convulsait de plaisir et de bonheur. Elle vient se blottir dans mes bras et, après quelques minutes, me dit dans le creux de l'oreille: A sa voix, je sentis une nouvelle érection qu'elle aperçut et me dit: Elle se leva, attrapa mon sexe et me guida dans sa chambre tout en me tirant par mon membre.

Elle s'allongea sur le lit en écartant les jambes. Je me collais contre elle et l'embrassais goulument alors que nos désirs montaient. Avec l'une de mes mains, je caressais l'un de ses seins, puis je descendais sur son sexe que je découvrais entièrement rasé et lisse. Elle mouillait vraiment beaucoup et gémissait à chacun de mes mouvements.

Je jouais un peu avec elle, écartais ses grandes lèvres et caressais l'extérieur de son vagin en m'attardant sur son clitoris Elle gémissait de plus en plus et je descendais entre ses cuisses. Je léchais son clitoris, le contournais, le titillais et allais de plus en plus vite! Ce petit travail lui tirait des cris de plaisir. Sans arrêter de la lécher, j'introduisais un doigt en elle avant de me rendre compte qu'elle était très excitée et qu'elle en voulait un second.

Je lui mis deux doigts dans le vagin et fis des vas-et-vient qui la faisaient frémir et gémir. J'accélérais le rythme et sentais son corps se soulever à chaque pénétration. Elle criait de plus en plus fort et me demander de ne pas arrêter.. J'accélérai et je sentis son plaisir monter en quelques minutes. Son orgasme fut foudroyant et prodigieux. Elle se cambra dans un cri de bonheur.

Je remontais entre ses cuisses et la pénétrais avec mon sexe qui avait retrouvé son érection. Elle me saisis par les fesses et tentait de me donner le rythme. Je l'embrassais goulument et elle me disait de lui faire plaisir, de la posséder encore.

Je la prenais fermement, en rentrant mon sexe entièrement mais doucement avant d'accélérer le rythme. Je sentis ses gémissements recommencer et j'augmentais le rythme en rentrant en profondeur en elle et faisant claquer mes cuisses contre elle. Je relevais ses jambes que je mettais sur mes épaules pour plus de plaisir. Je lui fis lécher un de mes doigts en lui disant qu'il allait finir dans son cul.

Elle le suçait en gémissant et me dit de lui mettre mon doigt dans son cul. Je glissais la main sur sa poitrine puis entre ses fesses.

Dans cette bande nous étions autant de filles que de garçons. J'avais lancé mon dévolu sur Laurence, une belle petite brune aux yeux bleus et au sourire magnifique. Ses Lèvres fines étaient cernées par deux fossettes, ce qui lui donnait un charme fou Mais elle était sauvage et ne se laissait pas approcher comme ça. Il y avait longtemps que je me masturbais en pensant à elle, nos regards étaient complices mais, elle s'enfuyait dès que la situation semblait équivoque.

Je ne me précipitais pas et attendais le moment venu. Personne ne pouvait imaginer le sentiment et l'envie que j'avais pour elle. Elle si, et elle en jouait. Un jour,je la trouvais, seule assise sur un lit de mousse à même sa jupe à carreaux bleus et blancs, au bord de l'eau, la mine triste, le regard vague qui fixait les petites vaguelettes que pouvait faire la rivière.

Je m'assis à côté d'elle, puis discrètement approchais ma main de la sienne. J'ai senti qu'elle venait d'avoir un petit frisson et de son côté rapprocha sa mimine de la mienne. Nos deux mains finirent par se retrouver, et j'osais caresser ses phalanges fines et longues. Mes doigts remontèrent le long de son bras et je sentis comme une chair de poule.

Je finis par me pencher et embrassais son épaule nue. Elle tourna son visage magnifique vers moi, les yeux bleus me perçant le visage, ce qui me fit tourner la tête. Je tendis mes lèvres et elle vint à ma rencontre lentement. Elle entrouvrit ses lèvres et je lui roulais une pelle délicieuse. Sa langue tournait autour de la mienne et elle gémissait tendrement. Une de mes mains passa entre deux boutons de son chemisier pour se poser sur un de ses seins, et au contact de son mamelon celui ci durcit sous la caresse.

Quel magnifiques seins elle avait ; ronds et fermes. Nous nous allongeâmes sur la mousse humide, nos lèvres soudées pleines de fièvre d'excitation.

Lentement, je déboutonnais son chemiser après l'avoir tiré pour le décoincer de la taille de sa jupe. Avec deux doigts, je passais dans son dos et pinçant la fermeture de son soutien-gorge pour le dégrafer.

Les crochets sortir de leurs anneaux et l'armature se relâcha. Ses seins étaient maintenant totalement nus. Mes mains pouvaient les caresser à loisir, ce qui excita Laurence au plus haut point.

A chaque fois que mes mains passaient à plat sur ses petits bouts elle haletait. On aurait dit que des ondes électriques parcouraient son corps. Je glissais légèrement et ma bouche remplaça mes mains.

Je la tétais, la léchais avec délice et gourmandise, elle se laissait faire Ses yeux étaient fermés à présent et je sentais qu'elle profitait de tous ces instants de plaisir.



texte sexe sexe brune

Je lui dis et elle se mis à gémir de plus en plus fort, accélérer le rythme afin de me faire jouir dans sa bouche. Après quelques instants de cette monumentale fellation, je lâchais plusieurs jets de spermes dans sa bouche qu'elle avalait tout en me regardant dans les yeux. Tout mon corps convulsait de plaisir et de bonheur. Elle vient se blottir dans mes bras et, après quelques minutes, me dit dans le creux de l'oreille: A sa voix, je sentis une nouvelle érection qu'elle aperçut et me dit: Elle se leva, attrapa mon sexe et me guida dans sa chambre tout en me tirant par mon membre.

Elle s'allongea sur le lit en écartant les jambes. Je me collais contre elle et l'embrassais goulument alors que nos désirs montaient. Avec l'une de mes mains, je caressais l'un de ses seins, puis je descendais sur son sexe que je découvrais entièrement rasé et lisse.

Elle mouillait vraiment beaucoup et gémissait à chacun de mes mouvements. Je jouais un peu avec elle, écartais ses grandes lèvres et caressais l'extérieur de son vagin en m'attardant sur son clitoris Elle gémissait de plus en plus et je descendais entre ses cuisses.

Je léchais son clitoris, le contournais, le titillais et allais de plus en plus vite! Ce petit travail lui tirait des cris de plaisir. Sans arrêter de la lécher, j'introduisais un doigt en elle avant de me rendre compte qu'elle était très excitée et qu'elle en voulait un second. Je lui mis deux doigts dans le vagin et fis des vas-et-vient qui la faisaient frémir et gémir.

J'accélérais le rythme et sentais son corps se soulever à chaque pénétration. Elle criait de plus en plus fort et me demander de ne pas arrêter.. J'accélérai et je sentis son plaisir monter en quelques minutes. Son orgasme fut foudroyant et prodigieux. Elle se cambra dans un cri de bonheur. Je remontais entre ses cuisses et la pénétrais avec mon sexe qui avait retrouvé son érection.

Elle me saisis par les fesses et tentait de me donner le rythme. Je l'embrassais goulument et elle me disait de lui faire plaisir, de la posséder encore.

Je la prenais fermement, en rentrant mon sexe entièrement mais doucement avant d'accélérer le rythme. Je sentis ses gémissements recommencer et j'augmentais le rythme en rentrant en profondeur en elle et faisant claquer mes cuisses contre elle. Je relevais ses jambes que je mettais sur mes épaules pour plus de plaisir. Je lui fis lécher un de mes doigts en lui disant qu'il allait finir dans son cul.

Elle le suçait en gémissant et me dit de lui mettre mon doigt dans son cul. Je glissais la main sur sa poitrine puis entre ses fesses. Je fis le tour de cet anneau désirable et convoité pour l'humidifier et l'exciter.

J'introduisis mon index dans son cul et elle cria son plaisir. J'accélérai mon sexe en elle et je faisais des vas-et-vient avec mon doigt dans son cul. Je sentis son orgasme monter, elle se raidissait et me demandait de ne pas m'arrêter. Ses cris augmentèrent et dans un râle, en plantant ses ongles dans mon dos, elle jouit une deuxième fois, déclenchant mon orgasme en elle.

Nous avons discuté par la suite et nous avons fait l'amour plusieurs fois toute la nuit. Nous nous sommes aimés pendant des mois avant que des évènements ne nous séparent. Désormais, je ne la côtoie plus mais elle reste toujours dans ma tête et dans mon coeur.

Si cette histoire, entièrement véridique vous a plu, n'hésitez pas à me le dire, je vous ferai d'autres récits avec elle Une brune à mon goût - histoire érotique. Lentement, je déboutonnais son chemiser après l'avoir tiré pour le décoincer de la taille de sa jupe. Avec deux doigts, je passais dans son dos et pinçant la fermeture de son soutien-gorge pour le dégrafer.

Les crochets sortir de leurs anneaux et l'armature se relâcha. Ses seins étaient maintenant totalement nus. Mes mains pouvaient les caresser à loisir, ce qui excita Laurence au plus haut point. A chaque fois que mes mains passaient à plat sur ses petits bouts elle haletait.

On aurait dit que des ondes électriques parcouraient son corps. Je glissais légèrement et ma bouche remplaça mes mains. Je la tétais, la léchais avec délice et gourmandise, elle se laissait faire Ses yeux étaient fermés à présent et je sentais qu'elle profitait de tous ces instants de plaisir.

Mes mains libres se dirigèrent lentement entre ses genoux qui s'écartèrent sous ma caresse. La paume de ma main glissa sur le gras de la cuisse, cet endroit extraordinairement lisse et chaud.

Ses cuisses s'écartèrent tendrement pour me faciliter le geste. Je remontais vers le haut de la cuisse et je constatais que sa peau se faisait plus chaude encore. Puis, le bout de mes doigts rencontra la dentelle de sa culotte.

L'extrémité de mes doigts caressa sa chatte par dessus le tissu, et déjà je rencontrais une tâche humide. J'insistais un bon moment, puis remarquant les cuisses grandement écartées, je contournais l'élastique de sa culotte pour m'approcher de sa fente. Je rencontrais un pubis bien poilu, et dans ma progression j'arrivais à ses lèvres trempées débordantes de cyprine. Les doigts serrés, je caressais l'entrée de son vagin, remontant jusqu'à son petit bouton dressé. A son contact, elle tressaillit et commença à onduler des hanches en lâchant des petits gémissements.

Sa mouille coulait de plus en plus et j'en étais tout excité L'ayant pénétré avec mes doigts, j'entrepris un petit va-et-vient, ses petits gémissements furent remplacés par des petits cris, et alors qu'elle commençais à jouir, elle lança sa main vers mon entrejambe me caressant ma tige raide prisonnière.

D'un geste brusque, elle baissa le zip de mon pantalon et rapidement contourna l'élastique de mon slip et attrapa mon sexe tendu. J'ai cru à ce moment là que j'allais éjaculer, mais je pus me contenir. Sa main, serrée sur ma queue, s'activait et me branlait.

Je quittais ma position et me mis en position tête-bêche. Ma tête enfouie entre ses cuisses, je léchais sa vulve débordante et poisseuse et ne perdais aucune goutte de sa divine chatte. Elle tarda un peu, puis dans l'excitation générale elle aspira mon gland et le suça avec délicatesse et gourmandise. Puis, elle s'arrêta de pomper et dans un cri de jouissance, son bassin s'arque bouta et par à coups violents elle lâcha plusieurs jets de mouille sur mon visage Ma langue toujours dans son vagin ralentissait sa succion alors qu'elle laissait échapper encore quelques gouttes de cyprine.

Lentement, après avoir repris ses esprits, elle recommença son aspiration, avalant tout mon sexe dans sa bouche tout en le branlant, puis elle reçu soudain, à son tour tout le sperme que j'avais.

...




Amateurs sexe zoophilie sexe

  • Texte sexe sexe brune
  • 194
  • Histoire de sexe femme a deux sexe
  • Flux de sexe sexe couple vidéo